3 minute read  

Il va sans dire que tout perdre dans un incendie est catastrophique; certaines entreprises mettront des années à s’en remettre, alors que d’autres n’y parviendront jamais.

Même si la plupart des incendies peuvent être évités, très souvent, leur cause est totalement imprévisible. C’est pourquoi il faut prendre les mesures nécessaires pour limiter les dommages au maximum, le cas échéant.

L’une des meilleures façons d’y arriver est de prévoir des mesures de protection au stade de la conception et de la construction d’un nouveau bâtiment.

Voici trois mesures qui pourraient contribuer à protéger votre entreprise.

1. Détection des incendies

Pourquoi? Il est essentiel de détecter les incendies à un stade précoce pour les éteindre avant qu’ils n’occasionnent des dommages importants.

Comment? Les systèmes de détection des incendies comprennent généralement des détecteurs de fumée et de chaleur reliés à un système antivol et à une centrale de surveillance. Dans les bâtiments plus vastes, on exerce parfois une surveillance, au moyen de systèmes distincts.

En bref : Si ce n’est déjà fait, nous vous recommandons fortement de vous doter d’un système de détection des incendies.

2. Gicleurs

Pourquoi? Posés stratégiquement et bien entretenus, les gicleurs peuvent stopper la progression d’un incendie. Les bâtiments commerciaux étant de plus en plus grands, les gicleurs sont désormais monnaie courante.

Comment? Chaque réseau de gicleurs est différent. Pour assurer sa pleine efficacité, il faut l’adapter aux activités réalisées dans le bâtiment.

Il faut aussi qu’un entrepreneur qualifié fasse une inspection annuelle pour vérifier que tout est en ordre. (Votre assureur vous demandera régulièrement un rapport de conformité et voudra voir les rapports d’inspection annuelle.)

En bref : Même s’il n’y a pas d’obligation de poser des gicleurs dans le code du bâtiment de votre région, vous devriez quand même songer à en intégrer un au stade de la conception d’un nouveau bâtiment.

3. Séparations coupe-feu

Pourquoi? La façon la plus simple d’empêcher que les flammes se propagent d’un bâtiment à l’autre est de créer une séparation entre eux. Limiter les dommages à une zone restreinte vous aidera à retourner à la normale dans de meilleurs délais.

Comment? Séparez le bâtiment en zones distinctes délimitées par des murs coupe-feu. Le degré de résistance au feu de la cloison dépend de sa composition. Dans le cas des murs coupe-feu en blocs de béton creux par exemple, qui sont très couramment utilisés, le temps de résistance aux flammes est souvent de trois heures.

Les portes et les fenêtres sont autorisées, pourvu que les portes aient le même degré de résistance que le reste du mur et que les fenêtres soient protégées, avec un rideau de métal par exemple. Ce dernier, doté d’un mécanisme à fusible, se fermera automatiquement si le fusible fond sous l’effet de la chaleur.

En bref : Si vous pensez agrandir vos installations ou construire un nouveau bâtiment, pensez aux murs coupe-feu. Les coûts supplémentaires sont largement compensés par les bénéfices potentiels.

Toutes ces solutions ne seront efficaces que si elles sont mises en place par des professionnels et adaptées à vos activités, à la taille du bâtiment, aux enjeux de sécurité qui vous touchent et au code du bâtiment de votre région. Et même si ce dernier ne prévoit pas de telles mesures, il pourrait quand même s’avérer avantageux pour vous de le faire. Car, après tout, les quelques efforts de prévention que vous ferez vous éviteront peut-être de passer des années à vous remettre d’un incendie dévastateur.

Le présent billet est fourni uniquement à titre informatif et ne vise pas à remplacer les conseils de professionnels. Nous ne faisons aucune assertion et n’offrons aucune garantie relativement à l’exactitude ou à l’intégralité des renseignements présentés. Nous ne pourrons en aucun cas être tenus responsables des pertes pouvant découler de leur utilisation. Consultez votre contrat d’assurance pour connaître les conditions et les exclusions qui s’appliquent.