4 minute read  

Se lancer en affaires et devenir son propre patron est une aventure des plus excitantes. Mais il y a tant à faire quand on démarre une petite entreprise qu’on finit parfois par ne plus savoir où donner de la tête. Il faut commencer par établir une base solide pour son entreprise, mais ensuite? Sans personne pour valider votre démarche, vous vous demandez peut-être ce qui devrait être fait en premier, et s’il manque des étapes sur votre liste de choses à faire.

Nous avons demandé à Dominik Loncar, entrepreneur en résidence de Futurpreneur Canada, quels conseils il donnerait aux gens qui se lancent en affaires, que ce soit pour ouvrir une entreprise de nettoyage, un commerce de détail ou tout autre type d’entreprise.

  1. Réfléchissez à la forme juridique de votre entreprise (mais ne brûlez pas les étapes)

En premier lieu, informez-vous sur la réglementation dans votre secteur d’activité (règlements de zonage et formalités douanières pour les expéditions par exemple). Chaque domaine est régi par ses propres lois et normes, et c’est à vous de bien vous renseigner.

Il n’y a pas de mal à faire des recherches sur le droit d’auteur et les brevets pour savoir à quoi s’attendre. Mais ne précipitez pas les choses en protégeant votre idée alors que vous n’avez pas encore de clients. Cela dit, il y a des exceptions : si le succès de votre affaire repose sur quelque chose d’unique, prendre des mesures comme déposer une demande de brevet pourrait alors être une bonne idée. Mais ces situations ne sont pas monnaie courante.

Il en va de même pour la constitution en société. Beaucoup d’entrepreneurs se dépêchent de le faire, croyant qu’ils seront mieux protégés, alors que rien ne presse. Pour savoir si vous devez attendre ou non avant de lancer le processus de constitution, vérifiez comment ça se passe dans votre secteur d’activité. En construction et en commerce international par exemple, on recommande de le faire dès le départ. Dans d’autres secteurs comme l’alimentation, cette forme juridique procure une protection supplémentaire. Dans tous les cas, basez votre décision sur la norme dans votre domaine.

Les entrepreneurs devraient souscrire une assurance de la responsabilité civile, qui leur sera utile en cas de soucis juridiques. Vous devriez aussi inclure des pratiques de gestion du risque dans votre plan d’affaires, pour votre protection et celle de votre entreprise.

  1. Utilisez un système pour gérer vos finances

L’argent est le nerf de la guerre. Si les salariés savent qu’ils peuvent compter sur un revenu régulier, les propriétaires d’entreprise n’ont pas ce luxe. Une saine gestion des finances est donc primordiale.

Il vous faut un compte bancaire séparé pour les dépenses courantes et les dépenses personnelles, et une méthode de suivi pratique. Un fichier Excel peut très bien faire l’affaire, tant que vous pouvez noter les entrées et les sorties d’argent.

À ce stade, faire appel à un comptable ou à une firme de tenue de livres ne serait pas utile. Les entrepreneurs doivent avoir des notions de base en gestion financière. Quand vous aurez pris de l’expansion et que vous en aurez plein les bras, vous pourrez demander de l’aide.

  1. Surveillez où va votre argent

Au début, préoccupez-vous plus des ventes que du marketing ou de la stratégie de marque. Les ventes sont essentielles. Vous devez consacrer toute votre énergie à trouver de nouveaux clients et à recueillir leurs commentaires.

Pour réussir, il faut se tromper rapidement, souvent, et sans que ça coûte les yeux de la tête. Testez vos prototypes rapidement, sans trop dépenser. Si vous investissez une grosse somme dans une idée qui tourne au vinaigre, vous risquez d’avoir des problèmes.

Les ventes doivent être votre priorité, mais n’oubliez pas de surveiller attentivement vos dépenses. Vous devez savoir ce qui est essentiel, et y consacrer les fonds nécessaires. Pour certaines entreprises par exemple, les biens de consommation ou un bon site Web professionnel sont importants. Ce n’est pas le moment d’investir dans des choses de moindre importance, aussi attrayantes soient-elles. En phase de démarrage, mieux vaut aussi éviter les procédés de vente qui ont l’air trop beaux pour être vrais.

  1. Impliquez-vous

Tenez-vous au courant de ce qui se passe autour de vous (dans votre secteur et du côté de vos clients), mais ne restez pas devant l’ordinateur : multipliez les contacts avec votre clientèle, même si elle est composée d’autres entreprises. Dans ce cas, participez à des dîners d’affaires et à des activités de réseautage pour les gens de votre secteur. C’est faux de croire que vous pourrez tout faire par vous-même, vous aurez besoin d’être en contact avec les autres. Et plus le réseautage sera une priorité, mieux votre entreprise se portera : vous resterez au fait des désirs et des besoins des clients, et des dernières tendances de l’industrie.

Pour en savoir plus sur la gestion d’une petite entreprise, consultez notre centre de ressources!

À propos de Futurpreneur Canada

Organisme à but non lucratif national, Futurpreneur Canada propose depuis 20 ans du financement, du mentorat et des ressources aux jeunes entrepreneurs en devenir de 18 à 39 ans. Son programme de mentorat permet de jumeler des jeunes propriétaires d’entreprise avec des entrepreneurs expérimentés, en s’appuyant sur un réseau de plus de 3 000 mentors bénévoles.

Le présent billet est fourni uniquement à titre informatif et ne vise pas à remplacer les conseils de professionnels. Nous ne faisons aucune assertion et n’offrons aucune garantie relativement à l’exactitude ou à l’intégralité des renseignements présentés. Nous ne pourrons en aucun cas être tenus pour responsables des pertes pouvant découler de leur utilisation. Consultez votre contrat d’assurance pour connaître les conditions et les exclusions qui s’appliquent.